Un homme pareil aux autres

  • René Maran
17€ 14*20 cm, couverture imprimée en 2 pantones ISBN: 978-2-490501-17-5

Autres parutions

Préface de Mohamed Mbougar Sarr

À Bordeaux, dans les années 1920, Jean Veneuse embarque sur un paquebot à destination du Tchad où l'attend un poste d'administrateur colonial. C'est le coeur lourd qu'il parcourt l'Afrique, hanté par le souvenir de celle qui l'aime et qu'il fuit. Parce qu'elle est Blanche et qu'il est Noir.
Inlassablement assigné à sa couleur de peau, rongé par le racisme, Jean s'autodétruit en brisant sa carrière, sa vie, son amour. Car pour aimer, il faudrait qu'il puisse s'aimer un peu. Y parviendra-t-il ?

Roman le plus intime de René Maran, Un homme pareil aux autres part d'un angle mort de la pensée : celui du racisme introjecté. Quand la haine de l'autre vire à la haine de soi. Mêlant entre deux continents aventures et introspection, nous confrontant aux ravages de la colonisation et aux cécités du coeur, René Maran provoque des ondes de choc ouvrant des voies vers l'émancipation.

Né en Martinique, mais ayant grandi à Bordeaux, René Maran (1887-1960) est le premier auteur noir à recevoir le prix Goncourt en 1921 avec Batouala. En offrant à des personnages noirs les rôles principaux de ses romans, il bouleverse le paysage littéraire de son époque.
Considéré comme un précurseur de la Négritude par ses fondateurs mais s'en revendiquer, René Maran est un écrivain inclassable.

Un texte oublié à redécouvrir de toute urgence

Clémentine Goldzal , ELLE Magazine

Par le déploiement d’un roman-monde multiple et ouvert à la diversité générique, par la diversité des voix narratives – qui relaient diverses manières de penser le clivage Noir/Blanc et de mettre en scène le racisme impérial –, par la beauté et la finesse des descriptions enfin, René Maran brosse le portrait d’une France clivée, incapable d’assumer la devise fraternelle qu’elle proclame dans les colonies (…) Ce roman est donc à plus d’un titre un grand texte de l’histoire intellectuelle du XXe siècle, avec toutes ses ambiguïtés

Elara Bertho, Diacritik

En auscultant les états d’âme de son personnage, ses sursis, ses élans du cœur, René Maran fait œuvre de manifeste tout en donnant miraculeusement vie « aux visions de la nature mouvante, vivante et en pleine résonance avec les mouvements intérieurs » de Jean. Et fait de ce roman à charge contre le racisme et la colonisation un très grand livre, intense et lyrique

Paul, Librairie Le silence de la mer, Vannes

Voilà un texte qui sera important de faire lire à tous

Cyrille , Librairie Papiers collés, Draguignan

Quand Maran plonge sa plume dans les feux de la brousse et la moiteur des nuits tropicales, c’est juste magnifique

Lucie, Librairie Le pied à terre, Paris 18

Ce livre date de 1947 mais sera pour moi en cette fin d'année 2021 l'une des plus belles découvertes littéraires depuis des lustres. Lisez ce livre sur le mal d'amour, son héros douloureux et magnifique se nomme Veneuse ! Merci aux éditions du Typhon pour cette nouvelle édition parfaite avec une superbe préface de Mohamed Mbougar Sarr.

Cécile et Géraldine, Librairie Les biens-aimés, Nantes

Un livre très instructif quant au parcours des colonisés, qui dit beaucoup de la cohabitation raciale dans la France

Bilguissa Diallo, D'ailleurs et d'ici