André-la-Poisse

  • Andreï Siniavski
15€ 2021, 12,5*20 cm, 168 p. ISBN: 9782490501137

Autres parutions

Traduction du russe de Louis Martinez

Préface de Iegor Gran

Peut-on avoir tous les talents, sauf celui de savoir s'en servir ? André-la-Poisse se le demande. Lui qui miraculeusement guéri d'un bégaiement est victime d'une malédiction : réussir tout ce qu'il rate. Alors à défaut d'une vie facile, c'est une existence aussi cahotante que trépidante qui s'ouvre à lui.

Avec la fantaisie d'E.T.A. Hoffmann, d'un fantastique satirique à la Mikhaïl Boulgakov, André Siniavski malmène son héros en l'affublant d'une tare : la malchance. Drôlement cruel, le roman transforme, d'une plume acérée, un destin poisseux en leçon de liberté. Outre son bras d'honneur fait à la fatalité, André-la-Poisse livre une formidable réflexion sur l'écriture, cette arme des persécutés.

Professeur de littérature en Union soviétique, Andreï Siniavski (1925-1997) publie sous pseudonyme ses premiers textes en France. C'en est trop pour le pouvoir qui le condamne au Goulag en 1966. L'issue de ce procès fantoche a une répercussion sociétale inattendue : il donne naissance à la dissidence en URSS. Craignant l'influence d'Andreï Siniavski à sa libération en 1972, le KGB le contraint à quitter le pays. En exil en France, Andreï Siniavski continue d'écrire une œuvre d'une inventivité folle.
En guise de préface, son fils, l'écrivain Iegor Gran, rend hommage à la causticité et à la ténacité de son père.

Il y a comme un rire nerveux qui nous prend en lisant cette série de cauchemars, une méchante envie de glousser qui est renforcée par la naïveté et l'ironie d'André

Alice Develey, Le Figaro Littéraire

Dans ce roman désespéré mais comique se lit en filigrane le désarroi de l'auteur qui, en butte au sentiment d'échec, d'injustice et d'isolement, trouve tout de même le courage d'en rire.

Bernard Quiriny, Lire/Le Magazine Littéraire

Un roman tragi-comique dont l'écriture est un formidable instrument de subversion et de liberté

Antoine Jarry , Culture Sauvages

C'est drôle, fin et particulièrement bien écrit (du moins traduit), mais surtout ça fait du bien.

Romain , Librairie L'Autre Monde, Avallon